Le temps

Le temps s’enfuit, l’heure passe,

Le jour fait place à la nuit.

Tout disparaît et s’efface,

Tout meurt et s’évanouit.

Oh, ne perdons pas courage,

Disons-nous que chaque jour,

Nous approchons du rivage.

Publicités

Le fait de réussir sans aucune aide est une fierté pour moi

À l’école de la vie

La vie est une école. Cette école est différente des écoles classiques et modernes que vous et moi connaissons. Pour mieux exprimé ce qu’est l’école de la vie, je partage avec vous les paroles de la chanson de Grand Corps Malade sur le même thème.

Image école 3                                                                                                       / Fotolia

J’y suis entré tout petit sans le savoir, comme tout le monde
Derrière ses murs, j’ai grandi et j’ai observé chaque seconde
J’y suis entré naturellement, personne m’a demandé mon avis
J’ai étudié son fonctionnement, ça s’appelle l’école de la vie
Faut savoir qu’ici tout s’apprend, les premières joies et les colères
Et on ne sort jamais vraiment de cet établissement scolaire
A l’école de la vie, y’a des matières obligatoires
Et certains cours sont en option pour te former à ton histoire
La vie démarre souvent avec le prof d’insouciance,
Il est utile, il t’inspire et puis il te met en confiance

Mais juste après vient le cours des responsabilités,
Tu découvres les maux de tête et les premiers contrôles ratés
Le cours de curiosité est un passage important,
En le comprenant assez tôt, j’ai gagné pas mal de temps
Puis j’ai promis que je m’inscrirai dans le cours de promesse
Mais j’ai parfois été fort dans le cours de faiblesse 

A l’école de la vie, tout s’apprend, tout s’enseigne, 
Tout s’entend, on s’entraine, des matières par centaines, 

C’est l’école de la vie, j’ai erré dans ses couloirs,
J’ai géré dans ses trous noirs, j’essayerai d’aller tout voir

En cours de grosse galère, j’ai eu quelques très bonnes notes,
C’est ce genre de résultats, qui te fait connaitre tes vrais potes
Ca m’a donné des points d’avance et une sacrée formation
Pour le cours de prise de recul et celui d’adaptation
Je me souviens du cours d’espoir, j’avais des facilités,
A moins que je ne confonde avec le cours de naïveté 
Puis il y avait une filière mensonge et une filière vérité ;
J’ai suivi les deux cursus, chacun à son utilité
En cours de solitude, j’avais un bon potentiel,
Se satisfaire de soi même est un atout essentiel
Mais j’aime bien aussi l’ambiance qu’il y avait dans le cours de bordel,
J’ai vite compris que l’existence se conjugue mieux au pluriel
C’est qu’en cours d’humanité j’ai eu deux très bons professeurs,
On a eu des travaux pratiques tous les jours, moi et ma soeur
J’espère que petit à petit, j’ai bien retenu leurs leçons
Et qu’à l’école d’une autre vie, je transmettrai à ma façon

A l’école de la vie, tout s’apprend, tout s’enseigne,
Tout s’entend, on s’entraine, des matières par centaines,
C’est l’école de la vie, j’ai erré dans ses couloirs,
J’ai géré dans ses trous noirs, j’essayerai d’aller tout voir

En cours d’histoire d’amour, j’ai longtemps été au fond de la classe,
Le cul contre le radiateur, j’ai bien cru trouver ma place,
Mais en pleine récréation, alors que je n’attendais rien,
J’ai reçu ma plus belle leçon et le prof m’a mis très bien
Au cours de liberté y avait beaucoup d’élèves en transe,
Le cours d’égalité était payant, bravo la France
Pour la fraternité, y’avait aucun cours officiel,
Y’avait que les cours du soir, loin des voies institutionnelles
Alors on saigne, on cicatrise,
On se renseigne, on réalise
Les bons coups et les bêtises
On salit, on se divise
Moi pour comprendre l’existence un peu plus vite ou un peu mieux,
J’ai choisi le cours d’enfance en ville, j’ai même pris l’option banlieue
Reste qu’en cours de bonheur, le prof était souvent malade,
On s’est démerdés tous seuls, on a déchiffrés ses charades
Autodidacte en sentiments, y’aura pas d’envie sans piment
Dans mes cahiers en ciment, moi j’apprends la vie en rimant

A l’école de la vie, tout s’apprend, tout s’enseigne,
Tout s’entend, on s’entraine, des matières par centaines,
C’est l’école de la vie, j’ai erré dans ses couloirs,
J’ai géré dans ses trous noirs, j’essayerai d’aller tout voir

Fais de moi un instrument

Seigneur !

Fais de moi un instrument de ta Paix

Là où est la haine, que je mette l’amour

Là où est l’offense, le pardon

Là où est le doute, la foi

Là où est le désespoir, l’espoir

Là où sont les ténèbres, la lumière

Et là où est la tristesse, la joie

Car c’est en donnant, qu’on reçoit

C’est en pardonnant, qu’on est pardonné

Et c’est en mourant qu’on ressuscite à la vie éternelle

Amen

Je doute…

Un philosophe a dit : les personnes intelligentes sont toujours dans le doute. Il n’y a que les idiots pour être affirmatifs.

Je ne sais pas si c’est vrai

Mais je sais ceci

Je doute de toi et de moi

Je doute de nous

Je t’ai promis rester

Je me demande s’il faut rester

Plus le temps passe

Plus le doute s’installe

Parfois, j’ai envie de m’évader

Faire ce qui me passe par la tête

Dans le doute, je regarde l’horizon de loin

Cherchant une assurance à laquelle m’accrocher

Alors, je me refugie dans mes pensées.

Le temps passe, les pensées s’envolent

Je reviens dans le monde réel

Et le doute est toujours là

Pourquoi je doute me suis-je demandé ?

Je doute sans doute

Parce que tu me fais douter

Parce que rien n’est figé

Tout change et tout évolue

Le doute me paralyse

Le doute m’empêche de faire un pas vers l’avant

J’espère que le doute n’aura pas raison de moi

Qu’il n’aura pas raison de nous

La seule limite à notre épanouissement de demain est mon doute d’aujourd’hui.

photo6025953672111958801