JIF 2017 ET FEMMES PAYSANNES 

En ce jour de la journée internationale de la femme de l’année 2017, je voudrais emprunter ma plume aux femmes paysannes qui ne se retrouvent pas dans cette ‘‘fête’’. Cette journée est souvent l’apanage des femmes urbaines ou citadines. Le plus souvent, elle se résume à une conférence, parfois à une marche, une journée de réflexion ou encore une réjouissance (Agô). Au lendemain de cette journée, chacune retourne à ses activités quotidiennes, rien n’a changé à part manger et fêter. Le rendez-vous est alors pris pour la prochaine édition.
Pendant ce temps, le brillant travail que font les femmes paysannes est peu mis en valeur. La JIF devrait être pour les femmes de nos villages et campagnes et non pour celles qui se sont déjà  faites une place au même titre que les hommes dans la société.


Je joins ma plume à celle de Mame Coumba pour adresser ce message à ces femmes qui nous nourrissent mais qui n’ont pas le droit à la terre.

Femme paysanne, femme agricultrice, femme !

Tu as l’honneur ici-bas comme dans l’au-delà,

Tu fais preuve de dévouement ici-bas comme dans l’au-delà.

C’est pourquoi qui ne t’honore pas, ne sera point honoré.

L’on doit t’honorer !

Le Tout Puissant t’a de tout temps honoré.

Tu es source de vie, sans toi point de bonheur ici-bas.

Dieu t’a donné la connaissance, le savoir et la volonté afin de bien gérer

la vie ici-bas,

Tout ceci tu l’as relégué à l’homme, qui ne reconnaît point tes compétences.

Et pourtant, l’honneur te revient, Dieu te le reconnaissait.

Pourquoi le monde entier a la même inquiétude ?

Toutes les femmes réclament leur part de la terre, le contrôle de leur terre.

Debout femmes paysannes du Bénin, du Togo, du Mali, ceignons nos reins,

Unissons nos efforts avec celles du Burkina, du Sénégal et du Niger ;

Toutes ensembles rattachons nos bouts de foulards.

Debout toutes, unissons nos efforts et nos stratégies afin d’accéder au contrôle de notre terre,

Pour la survie et l’unité de notre peuple.

Pas de développement sans terre et sans femmes

Inspiré de Mame Coumba Guèye

Publicités